De : Vevey (VD)
1
La légende raconte que le clan CastleWay coulait des jours heureux dans son petit village viking sans histoire, jusqu'au jour où, suite à une beuverie chez le Tavernier, ils décidèrent de mettre leurs talents respectifs en commun dans un projet d'envergure : la création d'un breuvage révolutionnaire à base d'alcool et de saucisson, la Saucibière?. Le lancement du produit sur le marché viking fut un succès phénoménal et bientôt une multitude de célébrités du monde entier vinrent au village afin de tester les vertus du breuvage.

Hélas ! La magicienne la plus cruelle du pays s'enivra de Saucibière? un soir en compagnie du Tavernier, et se réveilla avec une gueule de bois si apocalyptique, qu'elle lança un terrible sort à chacun des Castleway, qui modifia irrémédiablement leur comportement, les rendant inaptes à la vie sociale, et les faisant bientôt bannir du village.

La mort dans l'âme, les Castleway construisirent un radeau avec des saucissons et des vieilles planches, afin de fuir ce pays qui les avait trahis, et mirent le cap vers Tahiti. Grâce au GPS du Forgeron et au ventilateur du Tavernier qui faisait gonfler les voiles et leur permettait d'atteindre une vitesse de 169 km/h par temps sec, les premiers jours le clan parcourut une distance phénoménale. Malheureusement les deux appareils furent rapidement à cours de batterie et les Castleway durent se résigner à se laisser dériver, alors que leur radeau devenait de plus en plus petit au fur et à mesure que le Paysan grignotait les saucissons pour éviter de sombrer dans un coma certain.

C'est ainsi que, amaigris et grelottants, les Castleway s'échouèrent sur une plage étrange habitée par un individu encore plus étrange. Le Boss, car c'était son nom, bronzait tranquillement dans son fauteuil en cuir avec un cigare et un whisky, entouré par ses corpulentes secrétaires, et accueillit les Castleway, leur offrant le gîte et le couvert.

Hélas encore ! Sous ses airs de bon samaritain, le Boss n'était qu'un infâme personnage qui les réduisit en esclavage et les tortura en leur faisant lire des demandes de financement de 300 pages, qui les faisaient se réveiller la nuit en pleurant suite à d'atroces cauchemars.

La légende raconte encore que certains soirs, les Castleway arrivent à s'échapper pour une nuit de débauche.

Il paraît que ces soirs-là sont des orgies de rythmes infernaux et de mélodies entêtantes.

Il paraît que ces soirs-là, la Saucibière? coule à nouveau à flots.
Articles liés

Ref. 58d42-71